Apprendre le ski avec Camille

« J’aime enseigner et partager la passion du ski », dit Camille. Elle a grandi au pied des pistes de la petite station village qui fait face à la Meije. C’est ici au Chazelet, où elle dirige aujourd’hui l’école de ski, qu’elle a fait ses premiers virages et que, plus grande, elle a skié avec les copains à chaque moment libre de l’hiver.

Une enfance sur les skis

Ses meilleurs souvenirs d’enfance, ce sont les journées où elle chaussait les skis devant la maison le matin et revenait en fin d’après-midi, skis aux pieds. « Avec mon frère, on faisait l’ouverture du télésiège et on restait sur les pistes jusqu’à ce que les pisteurs nous disent de rentrer chez nous. Cette liberté, les enfants ne la trouvent pas partout ! » Petite, elle patientait parfois un bon moment devant le télésiège en attendant un adulte avec qui monter parce qu’elle n’était pas assez grande pour y aller toute seule. Quand on aime, on ne compte pas.

Si elle est revenue s’installer au Chazelet, c’est aussi pour donner la possibilité à sa fille d’avoir cette autonomie. « Pour moi, le ski était mon loisir et mon échappatoire les weekends et pendant les vacances, parce mes parents travaillaient beaucoup en saison. Je vivais pour ces moments sur les pistes !»  Les pistes du Chazelet étaient aussi le lieu où elle retrouvait les copains. « A l’époque, le ski était pratiquement le seul loisir des enfants d’ici pendant l’hiver, personne ne participait à des activités du côté de Briançon ou ailleurs. »

Devenir skieur au pays de la Meije

Si Camille est devenue monitrice de ski et ensuite directrice de l’école de ski de La Grave La Meije, c’est grâce à cette petite station à la vue grandiose mais aussi grâce au Club des Sports de la Meije qui lui a permis d’avoir le niveau pour passer le diplôme. « Les moniteurs du club ont toujours su tirer profit de ce petit domaine pour nous faire progresser et devenir d’excellents skieurs. Même s’il est petit on trouve vraiment de quoi faire, entre pistes, hors-pistes et freerando. La station est super pour les débutants, mais aussi pour les bons skieurs. »

En grandissant Camille n’a pas boudé le ski au Chazelet, même si elle est allée voir ailleurs aussi. Pour passer son test technique et son diplôme, elle a goûté aux grandes stations. Tout fraîchement diplômée, elle a enseigné 2 ans au Chazelet et ensuite 4 saisons à Chamonix et 2 à Serre Chevalier. « Il y a de très belles montagnes de partout et j’ai adoré découvrir ces territoires où la montagne est plus citadine pour ainsi dire. Là-bas, on peut être anonyme sur les pistes, ce qui a un côté sympa. »

Mais ici, c’est chez elle. Elle est revenue dans son village d’enfance, la tête pleine d’idées pour redynamiser le ski avec les enfants du territoire. Cela lui tient à cœur de continuer à faire vivre le club où elle a fait tout son parcours pour devenir skieuse et la station qui l’a vue grandir. En 2017, elle a créé la section freeride au Club des Sports de la Meije. Les jeunes du groupe freeride font leurs entrainements majoritairement au téléphérique de La Grave et Camille en a été la responsable jusqu’en 2018 quand elle a été élue directrice de l’école de ski.

Camille ESF La Grave La Meije

Skier au club veut dire beaucoup de weekends de compétition au cours de l’hiver. « Et même s’il ne fait pas beau le jour de ta compétition et que tu n’as pas envie de te lever tu y vas quand-même. Parmi les plus beaux souvenirs de mon enfance, il y a ces weekends où on partait tous ensemble en car pour les courses. Ce sport individuel mais quand-même collectif m’a appris la rigueur, la gestion du stress et la persévérance. Pour moi, le ski est une belle école de la vie !»

« J’adore donner aux enfants l’envie de skier »

Maintenant Camille ne fait plus de compétitions mais passe en revanche beaucoup de temps dans le Jardin d’enfants, parce qu’elle a bon feeling avec les tout-petits mais aussi parce que la passion de la transmission coule dans ses veines. Elle aime donner de son temps pour transmettre aux enfants le goût du ski. « Les skieurs de demain sont là, dans les cours Piou Piou, et il faut leur donner envie dès le départ sinon ils ne reviendront pas sur les pistes. Il y a beaucoup de familles au Chazelet donc j’ai l’opportunité de participer à la pérennité de ce sport en motivant les jeunes. »

Pour Camille, la journée de rêve au boulot, c’est de voir la station saupoudrée, la Meije blanche, le soleil qui rayonne et le bus scolaire qui arrive avec les enfants du canton. « Ça me fait plaisir quand il y a du monde, de la vie dans la station ! »

Station familiale le Chazelet La Grave La Meije

Le Chazelet, une station de rêve pour apprendre à skier

La station du Chazelet est parfaite pour apprendre à skier, selon Camille. Il y a le panorama, le soleil, l’inclinaison des pistes et pas trop de monde. « En tant que moniteur, on a le temps et la place pour vraiment faire des exercices de technique avec les enfants. On passe plus de temps sur les skis et moins de temps dans la queue des remontées que dans les grandes stations. Et la vue vaut à elle toute seule le prix plutôt modeste du forfait ! »

Pour Camille, une journée sur la piste verte n’est pas une contrainte. « J’aime faire skier les débutants, tu vois tellement les progrès ! C’est très satisfaisant de voir ce qu’ils arrivent à faire au bout de seulement deux heures sur les skis. Au Chazelet, on enseigne aussi bien les novices que les très bons skieurs, avec des cours de niveau Piou Piou à compétition. Même les adultes trouvent de quoi progresser techniquement, ce n’est pas parce qu’on a sa troisième étoile qu’on n’a plus rien à apprendre ! Pour aller plus loin dans le hors-pistes et le freeride, on emmène les gens sur le domaine du téléphérique de La Grave Le Meije. Là, on peut vraiment perfectionner sa technique toute neige et tout terrain. »

Quand les gens ont la banane à la fin de la journée…

Quand je lui demande ce qui lui plait dans son métier, elle n’hésite pas longtemps. « Les relations humaines ! J’aime enseigner et partager la passion de la montagne et du ski. Surtout, j’adore voir le sourire et la joie des gens à la fin de la journée quand ils ont vécu quelque chose qui sort de leur quotidien ! » Son grand plaisir est d’accompagner les clients dans le dépassement de soi et de voir à quel point ils sont satisfaits d’eux-mêmes quand ils y arrivent. « Là, on a tout gagné !»

Le retour au village

Camille ne regrette pas le retour à son village natal. « Je pourrais mieux gagner ma vie dans une grande station. Mais ici, on noue de vraies relations avec les gens parce qu’on les retrouve d’année en année et qu’on voit leurs enfants grandir. Ma fille a commencé le ski dans le jardin d’enfants l’hiver dernier. C’est un vrai régal de la voir prendre plaisir sur les skis et d’imaginer qu’elle puisse avoir plus tard la même liberté que j’ai eue pendant mon enfance. »

Village du Chazelet en hiver

Lire aussi

Que faire en famille à La Grave l’hiver ?

Avant de partir passer quelques jours en famille, face à la resplendissante Meije j’ai concocté un petit programme pour varier les plaisirs et les activités. La Grave n’est pas que pour les freerideurs ! Ski pour tous au Chazelet Cette petite station est le rêve pour apprendre à skier ; assez grande pour se faire plaisir,…

Read More

Laisser un commentaire